Souvenirs d'enfance .

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Souvenirs d'enfance .

Message  Zinkan Dewoitine le Mar 27 Jan - 18:45

Du plus loin que je me souvienne, Persham a toujours été là ,ombre de mon père, ses pas dans les siens , un faux frère jumeau, même si la dissemblance physique est criante , autant l’auteur de mes jours est massif et trapu , autant Persham est mince voire maigre, musclé sans un gramme de graisse .
Il est son homme de confiance , son ancien lieutenant de phalange , une sorte de télépathie les unit, se manifestant par de longs silences en leur présence , signe d’une habitude du combat et d’une confiance que seuls visiblement peuvent avoir ceux dont la mort a dépendu de la sûreté de main de l’autre
Persham me déteste…cordialement et froidement. Sans que j’en aie jamais compris la cause dans mes jeunes années. Il est mon maître d’arme depuis l’âge de 8 ans , et à son désespoir , je dois être le plus mauvais élève de Gor. Chaque leçon est un supplice pour lui , qu’il me fait largement payer , et il est très rare que je sorte de l’arène intact , une lèvre fendue étant un bon jour , mais le plus souvent je finis dans le cylindre de Goram.
Goram ……..vieux et parcheminé malgré le sérum . Il me semble aussi immuable que les pierres du domaine de famille. Enfant je me souviens de l’avoir fixé , fasciné de son crane luisant sous le soleil , avant de le surprendre en train de se raser la tête , d’avoir ouvert les yeux en entendant son rire de crécelle. – oui petit maître . .ainsi on dira que je suis juste relâché d’un raid panthère
Malgré son crane rasé et son pagne indéfinissable , il garde une noblesse de port qui fait oublier le fin collier que le temps a rendu couleur bronze.
Goram a compté plus que tout autre .Mes premières rencontres avec lui ont été pour les régulières injections de sérum , craintes par leur effet récurrent avant que les nausées et les douleurs musculaires s’estompent avec le temps ou une habitude. Dès le début de mon entraînement , le passage dans son cylindre est devenu une sorte de rite , soit pour sentir ses doigts osseux sur mon visage , cherchant la fracture , soit pour me recoudre avec une patience et une habileté qui me rassurent.
Goram tient aussi les comptes du domaine , vérifie l’inventaire , prépare les rares courriers de Père sous sa dictée et range à son temps libre ces étranges rouleaux dans les étagères creusées à même la pierre du cylindre.
Harna , le domaine , est une petite villa fortifiée a quelques passangs de la mer, mais il semble à des milliers de Turia , la ville la plus proche .Père y vit en ermite et impose évidement cela à tout le domaine. L’existence y est en fait paisible , rythmée du passage de rares marchands et d’encore plus rares caravanes , la seule agitation étant le repas familial de fin de main , le seul moment ou Mère , Dame Ilya , sort du gynécée ..Pour un enfant , la normalité est ce qu’il voit, et encore parfois , je suis mal à l’aise dans les repas bruyants , trop marqué du silence de ces moments , Père mâchant l’air absent , Persham à sa droite les yeux rivés sur sa coupe , Mère trop loin de moi à l’autre bout de la table , droite sur un coussin et glissant des morceaux de fruits sous son voile .Parfois Père autorise une esclave à venir pincer les cordes et chanter, me plongeant alors dans une torpeur douce et atténuant un peu le lever discret de Mère dès l’arrivée des esclaves portant le black, son signe de tête discret et le bruissement de sa robe de dissimulation sur les dalles quand elle s’éloigne.
avatar
Zinkan Dewoitine
Citoyen

Nombre de messages : 135
Age : 60
Date d'inscription : 10/03/2008

Feuille de personnage
Caste: Médecin
Localisation: Cité de Caithris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Souvenirs d'enfance .

Message  saphir le Mar 27 Jan - 18:55

la suite ......
je vous livrerai peut être un jour ce que je poste ailleur, sur des mots sombres ....
avatar
saphir
Citoyen

Féminin Nombre de messages : 508
Age : 45
Localisation : Partout ou mes pas me portent
Date d'inscription : 28/01/2008

Feuille de personnage
Caste: Scribe
Localisation: Autre région de Gor

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Souvenirs d'enfance .

Message  Ice le Mar 27 Jan - 19:26

Oh oui!!!! La suite, s'il vous plait, Sir Zinkan !!!
avatar
Ice
Citoyen

Féminin Nombre de messages : 773
Age : 47
Date d'inscription : 06/06/2008

Feuille de personnage
Caste: apprentie healer disparue de Var Dar-Kosis (Ice) - et free (Asuko) basée à Caithris
Localisation: Cité de Caithris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Souvenirs d'enfance .

Message  Zinkan Dewoitine le Mar 27 Jan - 22:21

prend Ice sur ses genoux et bourre lentement sa pipe .........

Douzième anniversaire

Je sors de l’arène pour une fois sans hématome ni estafilade, non par un gain subit d’habileté mais car Persham s’est luxé l’épaule à la chasse et dirige mon entraînement bandé.
Il a, à son habitude secoué la tête accablé, me montrant d’un geste sec l’armurerie où je vais ranger le glaive que je trouve trop lourd, pour y découvrir la tache des deux prochaines anhs : le nettoyage et le polissage des armes
En soupirant, je passe le gant de cuir et ouvre la boite contenant le sable fin, commençant a polir, les yeux vagues,, écrasé par l’inutilité de cette tache tous les jours répétée, laissant le temps couler lentement.
Harna est silencieuse et mes sandales bruissent à peine sur le sable quand je monte l’escalier du cylindre de Goram, le surprenant attablé, caressant avec plaisir un parchemin
- Salutations Goram
- Salutations petit Maître… Tu sembles intact... Que me vaut ta visite alors ?
- Mais... c’est le jour de mon injection, je crois
Il roule doucement le parchemin, le glisse dans un étui et ouvre un cahier, suivant les lignes du doigt .
- Oui…Comment as-tu su ? D’habitude, je te fais mander.
Je souris fièrement - les lunes Goram… Elles sont en triangle juste au dessus de la façade Ouest. Il plisse longuement les yeux - C’est la conjonction… Tu as remarqué que c’est régulier ? - oui Goram, mais la hauteur varie dans le ciel et parfois le triangle est moins formé, plus allongé... -c’est la conjonction du Tarn…quand elle est allongée, c’est celle du Tabuk et cela marque l’apogée de la saison froide même si nous ne le sentons pas vraiment ici…
Ses doigts osseux déroulent un parchemin vierge, la plume trempée dans l’encrier, glissant sur la feuille en des schémas simples et précis... Je le regarde bouche bée…
- Goram… Enseigne-moi à dessiner les paroles…
Il me fixe en fermant un œil - Sois plus précis… - Là, ce que tu fais quand tu dessines les paroles et que tu sais leur musique bien plus tard juste en regardant la feuille…- Ah, lire….mais, cela n’est-il pas inutile à un guerrier ?. – Si je suis un jour guerrier, ma vie sera bien courte.
Il se recule sur le siège, me fixant avec intensité... respire longuement…
- Une ahn par jour, après tes taches et dans le plus grand secret… Le pal ne me tente pas, même à mon âge.

Ce moment fut ma seconde naissance. Malgré la complexité des lettres, mon envie était telle que commençant à En var, je savais largement déchiffrer à Se Kara, même si l’écriture fut plus laborieuse. Désormais, c’est avec plaisir que je me rendais a l’armurerie, le rouleau caché sous la tunique. « La Légende des lunes » correspond dans mon souvenir aux trois glaives de mon père, «l’Envol des tarns » aux boucliers ronds, quant à la «Quête de Marlenus » la lourde armure d’apparat de mon père n’avait jamais autant brille de toutes les écailles. L’air stupéfait de Persham devant cette soif de polissage augmentait encore plus le plaisir de la lecture, d’autant que tous ses contrôles les plus minutieux restaient vains.

Oui, ce fut une bonne année.
avatar
Zinkan Dewoitine
Citoyen

Nombre de messages : 135
Age : 60
Date d'inscription : 10/03/2008

Feuille de personnage
Caste: Médecin
Localisation: Cité de Caithris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Souvenirs d'enfance .

Message  Laurene le Mer 28 Jan - 0:11

[quote="Zinkan Dewoitine"]prend Ice sur ses genoux et bourre lentement sa pipe .........

((c'etait pas plutot: Sur ses genoux,bourre lentement Ice et prend sa pipe?, la suite, la suite Laughing ))

Laurene
Voyageur

Masculin Nombre de messages : 27
Age : 51
Date d'inscription : 27/01/2008

Feuille de personnage
Caste: Kajira
Localisation: Cité de Caithris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Souvenirs d'enfance .

Message  Zinkan Dewoitine le Mer 28 Jan - 12:44

Treizième anniversaire. Nafta

Dans ma quatorzième année, au grand désespoir de mon père, je cessai de grandir. Sur ses ordres, Goram augmenta la fréquence des injections et aussi les doses, réveillant les effets secondaires, me laissant avec une céphalée quasi permanente que le Valarion soulageait a peine. Persham alterna les entraînements avec des épreuves sportives, dont le seul point positif fut le gain d’une endurance me permettant de courir longtemps et assez vite. Inutile de préciser que ce résultat n’était pas dans les idées que Persham se faisait d’un combattant.
A la suite d’une discussion presque houleuse avec Goram, que je vis pour le première fois quasi tenir tête à mon père, il envoya un coursier poster une missive à Turia.

Deux mains plus tard, la caravane marquant Se Var était accompagnée d’un chariot bâché. Une silhouette encapuchonnée sauta souplement sur les dalles, puis releva sa capuche dévoilant une chevelure ébène et se dirigea vers nous en ondoyant avant de tomber à genoux devant Persham.
- Salutation Maître
Persham releva son visage entre les doigts, le faisant tourner devant lui en la détaillant le visage fermé
- Salutation Kajira
Il tourna la tête vers moi – Ton père pense que tu es en âge de posséder une esclave, on la nomme Nafta et elle est soie rouge, crachant d’un ton méprisant, - Si tu est aussi habile qu’au glaive, elle ne risque pas de tremper la fourrure de sa sueur.

Elle me jeta un regard bref avant de baisser les yeux avec un sourire, prononçant d’une voix plus chaude un « Salutations Mon Maître » qui déclencha un long frisson et me laissa aussi tétanisé qu’un urt devant un ost.
L’entraînement suivant atteignit des sommets dans le pitoyable, au point qu’après avoir été soutenu par un esclave jusqu'à la porte du cylindre de Goram, c’est à quatre pattes que je grimpai l’escalier avant de m’effondrer sur la table de soin, devant ensuite subir le sourire moqueur pendant la longue suture qu’il ponctua d’un – au moins il ne t’a pas touché dans ce qui va t’être utile.
Apres le repas du soir, je restai longtemps les yeux levés sur la fenêtre de ma chambre, suivant les mouvements de la tenture sous le vent, avant de monter. Un parfum un peu lourd s’exhalait d’une lampe et Nafta, à peine vêtue d’une soie minimaliste me sourit comme si nous nous connaissions depuis des lunes. Je m’ assis sur la fourrure, le cœur plus rapide qu’après une longue course et nous nous dévisageâmes sans un mot, avant qu’elle ne glisse derrière moi en posant ses doigts sur les épaules.
- Tu es fatigué Mon Maître, le maître d’arme ne t’a pas épargné… mais tu sais serrer les dents quand tu es avec le guérisseur.
Ses doigts suivirent la suture de l’épaule et je frissonnai quand elle y posa ses lèvres, avant de se lover contre moi. La façon dont elle s’allongea ensuite avant de m’attirer contre elle dénotait d’une longue pratique et si ce soir là la fourrure fut humide de sueur, la mienne y était sûrement la plus abondante…

Elle leva les yeux vers moi à demi moqueuse .- Mon Maître est satisfait ? je laissai mes doigts glisser dans ses cheveux - Je ne savais pas qu’il existait plaisir plus grand que la lecture. Nafta me fixa étonnée avant de prendre une fausse mine boudeuse – Je ne sais pas lire Mon Maître, et je te connais peu. Mais ce doit être un compliment Je sentis son corps souple se coller contre le mien et sa bouche contre mon oreille - Tu pourrais peut être voir si le deuxième rouleau est aussi …intéressant.

Je ne sus que plus tard qu’elle avait répété cela à Goram qui faillit s’en étouffer de rire. En tout cas, elle et lui étaient d’excellents enseignants, même si les choses naturelles s’apprennent plus vite.
avatar
Zinkan Dewoitine
Citoyen

Nombre de messages : 135
Age : 60
Date d'inscription : 10/03/2008

Feuille de personnage
Caste: Médecin
Localisation: Cité de Caithris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Souvenirs d'enfance .

Message  Zinkan Dewoitine le Jeu 29 Jan - 10:05

A la fin de la troisième main de En Kara, je vais fêter l’entrée dans ma quinzième année. Persham redouble les entraînements d’intensité, mais grâce à Goram et Nafta, les mauvais moments qu’il me fait passer sont maintenant largement compensés et de surcroît je deviens presque habile.

Après le bain et le long massage de Nafta, je me glisse dans la tunique qu’elle a posée sur le coffre et me rend dans la pièce des repas où la table est dressée.
Bien que le soleil soit à peine couché, Persham titube presque, ses longs cheveux dénoués et sa tunique d’apparat déjà tachée de ka la na .A l’autre bout de la pièce, Mère est immobile, droite dans ses voiles de dissimulation, véritable statue d’étoffe, sans que le moindre mouvement de respiration soit détectable, comme à son habitude.
Père nous rejoint, portant une large boite en bois ouvragé qu’il pose sur une table basse, avant de tourner la tête vers Mère puis Persham et de se tourner vers moi.
- Zinkan… approche…
Je fais les quelques pas qui me séparent de lui pendant qu’il débloque une serrure, me présentant une épée courte, à la lame brillante et la garde ternie.
- La lame des Dewoitine… elle a été forgée pour le père de mon père et tu la porteras quand je serai rendu aux Sardars.
Je sursaute quand le bol que Persham tient à la main explose dans le feu, tandis qu’il grogne de sa voix rauque.
-Cela ne se peut… Jamais je ne me battrai sous les ordres d’un bâtard…
Père se tourne et le foudroie des yeux, la main sur la poignée de son glaive.
- Tu a prêté allégeance à ma pierre Persham et tu dois obéir à mes ordres.
Persham pointe le doigt sur ma mère - Tu as renié ta caste il y a 20 ans en ne répudiant pas ce ventre sec, et j’ai couvert cette folie mais non… jamais je n’obéirai à ce… kajiru debout
Je vois mon père tirer a demi son glaive, Persham le défiant des yeux avant de cracher par terre et de quitter la pièce, faisant voler les tentures… Je reste la bouche sèche.
- Père… de quoi parle-t-il ?
- Prend ce glaive Zinkan et efface tout cela de ta mémoire
-D E QUOI PARLE-T-IL ? Je claque le couvercle de la boite violemment, le fendant sous le choc.
-Prend ce glaive… et porte le ou il aura raison et tu partiras dans un convoi pour Klima
- Naye …naye naye ….je ne suis pas un guerrier tu le sais…
Je grogne quand il me saisit à la gorge, me plaquant contre le pilier, les yeux exorbités, déclenchant un réflexe de défense plus animal que réfléchi, le cerveau vide et le corps réagissant comme si j’entendais les hurlements de Persham à mes oreilles : Passer l’avant bras sous son cou et comprimer la glotte, faucher sa jambe d’appui, chuter sur lui pour profiter du poids et éteindre l’éclair de surprise de ses yeux d’un coup de tête violent qui le laisse mou et sans connaissance sur les dalles.
Je roule à coté, haletant, Mère s’agenouille prêt de lui dans un bruissement d’étoffe, relève une paupière tandis qu’il râle les lèvres closes. Sa main se pose sur mon bras
- Fuis Zinkan… Fuis et sauve ta vie.
Je regarde la porte, marquant un bref moment d’hésitation puis me lève et sors de la pièce, prenant le couloir qui mène sur le mur Ouest que j’enjambe, atterrissant presque souplement sur le sable… D’abord courir… courir... courir….. Je m’arrête après 30 enhs… plié en deux… m’assoit et me force à réfléchir, levant le nez sur les étoiles, tournant la tête autour de moi dans la pénombre.
Soudain tétanisé de la silhouette silencieuse et légère qui approche, je me relève et ramasse une pierre, prêt à me défendre puis laisse retomber mon bras.
- Nafta ?

Elle vient devant moi s’agenouille sans paraître essoufflée de sa course et lève des yeux rieurs.
- Mon maître… Goram me dit que tu cours dans les plaines. Est-ce bien raisonnable sans une guide ?
Elle pose le sac de son épaule, dépliant une cape sombre à capuche, je la regarde faire en secouant la tête.
- Nafta… au jour, mon père va lâcher les sleens de chasse... Je ne suis pas sur d’être le bon kailla en ce moment.
Elle glousse.
- Mon Maître, je ne connais pas les sleens d’ici, mais dans ma tribu leur odorat n’aime pas le poivre et je crois avoir tout pris en cuisine et perdu juste devant les cages.
Je vois ses yeux dorés sous les lunes.- Marchons encore deux ahns Mon Maître ensuite nous verrons.
avatar
Zinkan Dewoitine
Citoyen

Nombre de messages : 135
Age : 60
Date d'inscription : 10/03/2008

Feuille de personnage
Caste: Médecin
Localisation: Cité de Caithris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Souvenirs d'enfance .

Message  magda le Jeu 29 Jan - 13:43

la suite, vite !
avatar
magda
Voyageur

Nombre de messages : 31
Age : 88
Date d'inscription : 01/03/2008

Feuille de personnage
Caste: Kajira
Localisation: Cité de Caithris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Souvenirs d'enfance .

Message  Zinkan Dewoitine le Jeu 29 Jan - 18:22

Je me réveille un peu avant l’aube, roule pour me dégager de Nafta blottie contre moi sous la cape et commence à fouiller le sac, ouvrant le rep plié qui contient les galettes sèches de voyage, pestant doucement contre l’impossibilité de faire du feu.
Nafta grogne et se tourne, puis je vois ses yeux émerger de la capuche de la cape tandis que ses narines frémissent.
-Mon Maître, ne fais pas de feu. C’est trop dangereux.
Je lui tends en souriant la galette qu’elle prend en continuant à renifler.
- Il y a un feu quelque part, Mon Maître.
Je tourne la tête, repère une petite colline et commence à m’éloigner du camp en grignotant la galette, grimpant finalement sur le rocher qui coiffe la butte, les yeux vite attirés par la lourde colonne de fumée noire qui monte au loin.
Nafta me rejoint. Je la vois prendre des repères sur les autres collines, puis se tourner vers moi.
-Harna brûle, Mon Maître… Elle part à pas rapides vers le campement, range les objets, serrant la lanière du sac qu’elle jette sur son épaule, et nous retournons sur nos pas à petites foulées.

A chaque passang parcouru, l’étendue du désastre se précise et le dernier détour du chemin me laisse bouche bée : la lourde porte de bois défoncée baille sur ses gonds, l’entrepôt finit de brûler, les réserves d’huiles dégageant une épaisse fumée noire. Une partie des logements et un cylindre entier sont encore en feu.
Un rep sur le visage, je monte vite, butant sur le corps d’un esclave égorgé, puis débouche dans la salle des audiences.
Persham aura finalement été fidèle jusqu’au bout, son corps percé de quatre flèches barre a moitié le passage vers la chambre, son glaive encore à la main, et vu le sang répandu sur les murs, il n’est pas parti seul aux Sardars.
Mère est sur le lit, face contre la fourrure, un large poignard planté dans le dos, et ce corps sans tête est assurément Père.
Je recule, la bile montant aux lèvres, puis court à l’extérieur de la pièce. Pendant que je vomis les deux mains appuyées au mur, Nafta crie à quelques mètres.
-Mon Maître… Vite, Goram vit encore.
Je le découvre dans l’étage du cylindre, une flèche courte dans la cuisse et une dans l’épaule, sûrement jugé trop vieux pour un coup de grâce. Nafta me tend le coffre de soins que je prends après une brève hésitation, suppliant les Prêtres Rois de guider mes doigts pendant que je pose le garrot sur le bras, essayant de visualiser tous les gestes précis qu’il faisait si bien.
Malgré le tremblement de mes doigts, j’arrive à trouver une bonne veine au coude, et pose la tubulure du flacon que me tend Nafta sans un mot, réglant le débit très ouvert, puis injectant lentement deux ampoules de Hemp.
Il se recolore à peine, gémit, et ouvre les yeux.
- Zinkan… Essaye d’enlever les fers…
J’avale ma salive, lève les yeux sur Nafta qui hoche lentement la tête.

Goram me guida tant qu’il resta conscient, refusant tout calmant pour pouvoir m’aider. Enlever le fer dans l’épaule fut assez simple, car il avait ripé au dessus de la tête humérale, mais je dus laisser celui de la cuisse trop prêt de la fémorale pour mes doigts tremblants, me contentant d’un parage et d’une large désinfection.

La nuit est tombée. Goram, bien calé sur des coussins, tire lentement sur la pipe de kanda, son visage parcheminé encore plus translucide que d’habitude.
Je le laisse au soins de Nafta et commence une sale besogne, enroulant d’abord le corps de ma mère dans un large linge blanc, hésitant à soulever le voile et à contempler un visage que je n’ai jamais vu, avant de renoncer.

Je creusai la fosse à quelques passang des murs, déposant ensemble Mère et Père, et ce fut sûrement le jour ou je le respectais le plus, admirant le fait qu’il ait renié les principes qui avaient guidés toute sa vie pour elle.
Je mis Persham à sa droite, les mains jointes sur son glaive, regrettant que les attaquants
aient ramenés leur pertes, car quelques crânes sur sa tombe lui auraient plu.

C’est Zinkan l’enfant qui a commencé à creuser, mais il est mort en posant la dernière pierre plate, et celui qui se redresse après une courte prière ne sait pas qui il est vraiment.
J’inspire longuement dans la nuit tiède.
D’abord … comprendre.
avatar
Zinkan Dewoitine
Citoyen

Nombre de messages : 135
Age : 60
Date d'inscription : 10/03/2008

Feuille de personnage
Caste: Médecin
Localisation: Cité de Caithris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Souvenirs d'enfance .

Message  Zinkan Dewoitine le Jeu 29 Jan - 22:37

Goram va un peu mieux. Le kanda le décontracte sans lui brouiller les idées, et c’est sans se faire prier qu’il me parle, les yeux fixé sur le mur en face de lui, d’une voix un peu monocorde.

- Ton père était fou de ta mère, et qu’elle soit stérile fut pour lui la pire des choses. Ils ont consulté les meilleurs patriciens, et il a refusé de la répudier et de prendre la sœur de Persham comme compagne. Il y a seize ans, nous sommes venus ici, enfin le noyau de sa maison.et il acheté trois barbares, cherchant des filles qui ressemblaient à ta mère. Dès qu’une n’a plus vu ses menstrues, elle a été enfermée au kennel puis vendue dès ta naissance. La suite, tu la connais…
- Je suis donc bien un bâtard barbare… Il rit doucement, essayant de ne pas tousser.
- Sur Gor, on est ce que les Prêtres Rois veulent, c’est tout. Tu es un mauvais guerrier, mais tes doigts sont habiles et tu comprend assez vite.et pour tout le monde tu es le fils de Rikan Dewoitine. Contente-toi de cela et fais ta vie à ta guise.
Il me montre un recoin dans le mur et une boite. Je l’ouvre et sors un fin anneau en or de petite taille, le regardant.
- Ce qui reste des trois barbares…
- Cela appartenait a ma mère, enfin la vraie ?
-Je ne sais. Je l’ai trouvé au kennel peu après leur arrivée, peut être ou peut être pas. Est-ce que cela change quelque chose ?
- Naye… Je le glisse a mon auriculaire gauche en forçant un peu.
Il me détaille, toujours avec cet œil fermé signe de concentration chez lui.
- Dans le bureau de ton père, derrière une petite tenture qui représente un tarn… tu trouveras une cache… Tu es le maître de cette maison maintenant, même si cela ne représente pas grand chose.

La cache révèle un coffret lourd, contenant des pièces, quelques pierres précieuses, une maigre correspondance qui m’apprend que mon père a un frère à Ar, et une sorte de passe.
Je suis stupéfait de la somme, et les pierres me paraissent de très bonnes qualité : sûrement une fortune que je n’aurais jamais imaginée vu le train de vie et les goûts chiches de mon père.

Goram m’accueille avec un sourire à demi narquois
- Alors, riche, maître ? De quoi payer tes études ?
Je me penche sur lui, tenant le passe à la main, le glisse dans la serrure du collier pendant qu’il me regarde les yeux écarquilles. La clef grince puis déclenche les six pênes qui cliquettent. J’écarte les mâchoires et le jette au sol, découvrant dessous la peau blanche et fripée.
Il passe le doigt dessus et lève les yeux.
- La marque se voit sûrement…
- Naye. Je ne vois rien pour ma part Tal Goram
Il hésite puis frappe doucement son épaule blessée de son poing
- Tal Zinkan… Cherches-tu un scribe pour ta maison ? Et quels sont tes projets ?
Je regarde par la fenêtre la cour où Nafta cuisine en chantonnant, accroupie devant un feu.
- Fabriquer un traîneau, puis dès que tu iras mieux, aller à Turia, te faire opérer par un vrai praticien et après… trouver une école… Porter le vert me tente assez…
Il recroise ses mains sur son ventre et ferme les yeux en murmurant :
- Voilà un bon programme… Une maison a toujours besoin d’un but Zinkan
avatar
Zinkan Dewoitine
Citoyen

Nombre de messages : 135
Age : 60
Date d'inscription : 10/03/2008

Feuille de personnage
Caste: Médecin
Localisation: Cité de Caithris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Souvenirs d'enfance .

Message  Zinkan Dewoitine le Ven 30 Jan - 10:07

A la fin de la main, nous étions prêts, et après avoir vérifié le pansement de Goram qui m’inquiétait un peu par son aspect chaud et gonflé, le départ fut fixé pour dans deux jours.
Je passai cette dernière journée à Harna avec Nafta qui après une démonstration de danse nomade, me conduisit au petit étang proche, où je découvris combien la sensation d’apesanteur pouvait décupler les plaisirs et c’est épuisé que je tombai sur la fourrure, la serrant contre moi.

Goram mourut dans la nuit, comme s’il avait tenu à partir discrètement, une fois sa tache faite.

Nafta me seconda pour sa toilette mortuaire, et nous posâmes la dernière pierre sur son cairn ensemble. Elle essuya mes larmes d’un geste furtif avant de m’attirer contre elle, mais cette nuit là, même son corps et son habileté ne chassèrent pas le goût de cendre, et je m’enivrai pour la première fois.

Epilogue

Je suis debout, le sac fixé à mon dos, la cape de marche roulée et liée à la manière nomade.
Mon crane rasé de frais luit au soleil.
Je viens de fracasser la pierre plate marquant le domaine. Maintenant, la maison Dewoitine sera la où je serai..
Nafta s’est enroulé les pieds et les mollets d’un cuir de tarsk qu’elle lie. Elle lève les yeux vers moi et sourit :
- Tu vaux mieux que tout cela Mon Maître, Partons-nous ?
Je la fixe :
- Oui. Il me faudra deux mains pour rejoindre Turia, puis ensuite trouver une caravane vers le Nord.
Je l’attire vers moi, l’embrasse passionnément, caressant ses cheveux ébène.
- Tu as été la plus belle chose de ma jeunesse Nafta.
Elle a un mouvement de surprise quand je bloque son collier de mes doigts, l’ouvrant rapidement avant de le jeter dans les ruines.
- Ce paquet contient une robe de voyage de ma mère.
- Pourquoi Mon Maître ?
- Ce domaine porte la mort… ou c’est moi… mais je ne veux pas que tu me suives.
Je la regarde s’habiller.
- Peut être que si je deviens un riche médecin,,j’irai chasser une esclave chez les nomade
Elle glousse.
- Il te faudra courir vite Zinkan… quoique si je vois une telle chevelure derrière moi, il est possible que je trébuche.

Apres trois passangs, je me retourne : Sa silhouette est déjà presque loin, mais elle se tourne aussi, brièvement, fait un signe puis se remet à sa course souple et endurante.
Je resserre les lanières du sac. Un pas puis un autre… Je suis vivant et j’avance.
avatar
Zinkan Dewoitine
Citoyen

Nombre de messages : 135
Age : 60
Date d'inscription : 10/03/2008

Feuille de personnage
Caste: Médecin
Localisation: Cité de Caithris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Souvenirs d'enfance .

Message  Ice le Ven 30 Jan - 13:31

Chapeau bas, Maître Zinkan Smile

On en redemande
avatar
Ice
Citoyen

Féminin Nombre de messages : 773
Age : 47
Date d'inscription : 06/06/2008

Feuille de personnage
Caste: apprentie healer disparue de Var Dar-Kosis (Ice) - et free (Asuko) basée à Caithris
Localisation: Cité de Caithris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Souvenirs d'enfance .

Message  Dove le Ven 30 Jan - 13:36

Merci pour cette belle histoire, Doc.
J'ai complètement craqué pour Nafta. On n'en fait plus, des kajirae pareilles.
avatar
Dove
Citoyen

Nombre de messages : 523
Age : 43
Date d'inscription : 07/02/2008

Feuille de personnage
Caste: Guerrier
Localisation: Autre région de Gor

Voir le profil de l'utilisateur http://quelquesgrammes.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Souvenirs d'enfance .

Message  Zion le Jeu 5 Fév - 17:51

C'est poignant... encore ! Dove craque sur l'esclave, moi je craque sur cette petite faiblesse attendrissante du jeune Zinkan, qui donne tout son charme au personnage "adulte" (pour rester polie.. hm..). Continues Zin.. Smile
avatar
Zion
Voyageur

Nombre de messages : 28
Age : 45
Date d'inscription : 04/11/2008

Feuille de personnage
Caste: Kajira
Localisation: Cité de Caithris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Souvenirs d'enfance .

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum