Le sel du Tahari contre la vie d'un esclave

Aller en bas

Le sel du Tahari contre la vie d'un esclave

Message  Oliivier le Ven 19 Déc - 14:08

Le soleil à son zénith rendait notre marche pénible, le bucher ardent qu'il érigeait sous nos pas dressait aussi une onde floue sur tout le paysage alentour. Il n'y avait pas âme qui vive à des kilomètres, si ce n'était notre caravane perdue au milieu de ce nulle part. Du sable, du sable et encore du sable dont le relief se relevait quelque fois par la formation de dunes venant briser notre ligne d'horizon. Nous étions parti de Saphronicus, depuis cette cité située dans le nord où l'on m'avait pourvu un Kajiru dans le but de le vendre. Notre longue marche nous avait alors extirpée des steppes glacées pour nous guider vers cet océan des sables du Tahari, endroit qui m'est familier et que l'on nomme précisément les "sand sleen". Il n'y avait point de vent ni de vie, et encore moins d'eau. Nos provisions étaient cependant calculées pour nous permettre de nous rendre sans encombre jusqu'au camp de mercenaires des Black Daggers. Le silence régnait dans la colonne qui marchait péniblement en file indienne, c'était un peu comme si chacun pouvait espérer que l'ombre de son prédécesseur pourrait l'abriter du soleil. C'était aussi comme un but a atteindre, ouvrir une marche sur un horizon vide ne stimule que rarement le courage. Alors chacun était économe de ses mots, s'épargnant de laisser évaporer le peu d'humidité que tenait encore la bouche. Seul le tintement des chaines d'acier réveillait la quiétude des lieux. La Healer de Saphronicus, lady Ap nous accompagnait dans ce périple laborieux. Nous allions vendre le Kajiru qu'elle m'avait fait acquérir.

Les black daggers forment un camp de mercenaires au sein de ce désert immense du Tahari. Leur enclave fortifiée s'érige autour d'une Oasis et d'une palmeraie , havre de richesses dont les eaux rafraichissent les voyageurs harassés. Les nomades connaissent bien ces lieux familiers. Je craignais davantage pour mes compagnons de voyage peu enclin à courir le sable, mais l'eau ne nous manquait jamais. Ma fille Stella s'accrochait à ma tunique, belle esclave à la peau luisante sous le soleil, son regard était comme absent lors de cette longue marche, la fatigue l'éteignait. Je ne disais rien rien non plus. Les chaines tintaient, cette mélodie donnait le courage nécessaire pour accomplir les derniers pas qui nous rapprochaient du repos. Flint était un bel homme jeune, bien bâti et d'une éducation exemplaire. Ce guerrier avait laissé tomber l'arc, probablement lassé des heurts incessants autant que futiles qui faisaient régner le chaos sur certaines régions de Go r. Il avait en fait une belle âme d'esclave, le "Slaver" que je suis ne s'y était pas trompé. Il méritait donc une Maitresse qui soit digne de lui donner son collier. Pour l'heure il portait le mien, un cercle d'acier étincelant qui brillait sous le soleil. Soleil, soleil, toujours ce soleil qui donnait à notre marche son éclat éternel. L'horizon s'assombrissait. La formation d'une masse qui peu à peu grandissait venait d'en modifier la perspective. Nous approchions enfin des murs du camp des Black daggers, et très vite nous nous retrouvions face à leur porte.

Mon apétit mercantile me faisait espérer de gagner au moins quatre sac de sel pour la vente de ce bellâtre qui était enchainé derrière moi. Mais pour l'heure, il ne fallait pas trop espérer, je criais pour nous annoncer. La sentinelle nous avait immédiatement repéré. Flint commençait à trembler à l'idée de cette nouvelle vie dont le profil venait de franchir la herse pour venir nous retrouver. "Tal mon frère" me dit Chris. C'était le commandant du camp en personne qui vint me retrouver. Je lui annonçait que j'avais enfin trouvé le kajiru dont il m'avait passé la commande un bon mois plus tôt. "Tal Chris, voici un esclave qui saura se tenir aux pieds de vos femmes libre", répondis-je tout sourire. Cette annonce eu l'effet d'un éclair sur le visage de mon hôte dont le regard s'était allumé, plein de considération. "C'est à Lady Ap, healer de la cité Saphronicus, à qui je dois cette opportunité exceptionnelle" en brandissant la chaine à laquelle Flint était accroché. Chris ne me lâchait pas des yeux tout en hurlant en direction du camp pour ameuter quelques mercenaires en jupon. Hélas oui, elles portaient l'arc... Mais elles le portaient avec beaucoup d'élégance et de charme, Flint allait très vite y succomber. "Je vous offre ce kajiru contre 4 sacs de sels" dis-je, je vis aussitôt le regard de mon hôte s'étonner du prix élevé. "Aye.. les kajiru dont le collier n'est pas forcé valent bien l'or du Tahari" souriais-je en le regardant fixement. "Naye !! c'est bien trop cher !! Je t'offre 2 sacs de sel et un caisse de Silks en retour" répondit-il avec assurance. Cet homme est juste, et le simple fait de vendre un esclave dont la maitresse saurait tenir le collier fut l'argument décisif qui me fit accepter l'offre rapidement.

Une grande blonde voilée, filiforme et aux grands yeux bleus s'élançait sur le sable d'un pas pressé. Flint la remarquait bien vite et me dit aussitôt : "Maitre... C'est elle...". Je souriais et lui donnait en retour comme suele réponse une caresse qui ébouriffa ses cheveux. Je vis la joie dans le regard de cet esclave qui enfin avait espoir de trouver celle qu'il pourrait servir avec amour. Lady Sha s'annonçait devant nous, après quelques banalité, nous parlâmes enfin de ce nouveau lien qui allait se former. Les sacs de sel et la caisse de soie me firent portées, je donnais la chaine dans la main de velours de cette jolie jeune femme dont le sourire plissait la beauté son regard bleu azur. "Vous êtes une femme comblée" lui dis-je en observant Flint qui trépignait sur ses genoux."Allons Flint, lèves toi ! Montres toi !" lui intimais-je, ce qu'il s'exécuta à faire dans la seconde. La nouvelle fit vite le tour du camp. Et toutes les femmes libres s'étaient passées le mot pour venir voir ce kajiru venu du nord. La peau blanche de flint tranchait singulière ment avec nos teint halés. Il finirait bien par cuire sous le soleil qui du reste n'avait toujours point baisser. Flint se tenait là debout, humble mais éblouissant aux yeux de la lady qui en perdit ses mots. Je me chargeais du sel et donnait la caisse de soie à Stella qui se pressa d'en fouiller la richesse. "Nous partagerons cette vente Lady Ap, votre confiance mérite bien cela" dis-je au healer " Aye Sir.. Votre réputation me fit tourner vers vous, je savais que vous lui sauriez trouver sa maitresse..". Satisfaits et plus riches, nous laissâmes Flint à sa nouvelle maitresse, nos pas nous guidaient maintenant vers le camp Tajuk...
avatar
Oliivier
Citoyen

Masculin Nombre de messages : 126
Age : 48
Localisation : partout
Date d'inscription : 03/11/2008

Feuille de personnage
Caste: marchand, Olivier Klaxon
Localisation: Autre région de Gor

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum